En tant que vétérinaire comportementaliste, mes études m’ont permis d’apprendre à soigner les troubles du comportement animal. Néanmoins les démarches bienveillantes vis-à-vis des animaux et de leurs maitres sont bien souvent oubliées pour ne se focaliser que sur une « résolution de problèmes », parfois à l’encontre des besoins de nos protégés.

C’est au refuge AVA (76) pour lequel je suis vétérinaire sanitaire depuis 2006 que j’ai pu apprendre et observer l’importance cruciale de la gestion de l’environnement physique et affectif sur nos collectivités d’animaux plus ou moins abimés par la vie.

Cette démarche me semble primordiale et doit être partagée à tous les membres de la profession animale : Il est impossible d’apporter des soins et une vie bienveillante si l’on est soi-même en souffrance. L’humain doit être replacé au cœur du bien-être animal.

Ces idées et aménagements, pour les animaux et les humains me semblent importants à mettre en place dans les diverses SPA avec lesquelles je travaille depuis plus de 5 ans comme vétérinaire évaluateur.

Antoine Bouvresse