Toutes les pratiques cruelles envers les animaux et le vivant en général devraient être bannies et il est du ressort de la SPA de militer pour leur disparition.

Je dénonce depuis longtemps les systèmes d’élevage industriel et d’abattage centralisé des animaux dits « de rente ». Je suis engagé dans le Collectif Quand l’abattoir vient à la ferme depuis sa création par Jocelyne Porcher, en 2015. Je me suis plus récemment rapproché d’un jeune vétérinaire qui œuvre à la mise en place d’un projet d’abattage à la ferme, via des systèmes d’abattage mobiles, et je soutiens financièrement et moralement son action.

Corollaire de ces actions, j’incite les consommateurs à manger moins de viande et je suis favorable à un étiquetage détaillé sur la provenance des animaux abattus qui mettra bientôt en avant, j’espère, les modalités d’élevage et d’abattage en souhaitant que soient favorisés par les consommateurs formés, les animaux élevés en plein air et conformément à leur besoins et abattus sur leur lieu de vie, ce qui leur évitera l’effroi et la terreur des transports et du séjour en abattoir. J’encourage également à ce sujet le soutient d’initiative comme celle de la start-up Poulehouse qui propose une mise à la retraite des poules pondeuses.

L’initiative récente et conjointe de la LFDA, OABA et CIWF qui ont convaincu le groupe Casino d’adopter le premier étiquetage sur le bien-être animal mérite également notre soutien.

La question de l’abattage rituel doit elle-aussi faire l’objet d’une mise en perspective, tout comme l’égorgement des moutons au moment de la fête de l’Aïd en tenant bien évidemment compte des pratiques culturelles et cultuelles de nos amis Juifs et Musulmans.

Humaniser les conditions de détention et la mise à mort

Dans tous les cas, il faut humaniser les conditions d’élevage et de détention et les pratiques de mise à mort des animaux. Cela vaut aussi pour la pisciculture et la pêche industrielle qui dépeuple les océans et accroît le déclin de la biodiversité. Certaines pratiques de pêche sont particulièrement cruelles comme la pêche électrique, en vigueur en Europe aux Pays-Bas à titre expérimental, qui impacte tout l’écosystème
des fonds marins, et la pêche à la dynamite, illégale mais malheureusement encore couramment pratiquée en Libye notamment et qui décime la Méditerranée.

Expérimentation animale

L’expérimentation animale est un sujet sensible. Si on ne peut nier les avancées qu’elle a permises en médecine humaine, le contexte scientifique actuel et le développement de méthodes alternatives imposent de repenser cette voie de recherche. La règle des 3 R (Réduire le nombre d’animaux en expérimentation, Raffiner la méthodologie utilisée, ce qui implique la notion de points limites et Remplacer les modèles animaux), élaborée en 1959 (!) doit enfin être appliquée. Il faut sortir à tout prix de l’expérimentation animale.

Fourrure

Je m’oppose vigoureusement à l’élevage spécifique des animaux pour leur fourrure. Il importe de sensibiliser les consommateurs aux conditions de vie et d’abattage de ces bêtes pour qu’ils bannissent l’achat, voire les marques, qui perpétuent cette barbarie. Des initiatives individuelles existent et sont à encourager comme celle de Gucci ou de Jean-Paul Gauthier qui ont banni la fourrure animale de leurs collections.

Corrida

Bien-sûr je suis opposé à la corrida, une pratique cruelle qui n’a plus lieu d’être et certainement pas sous réserve de tradition culturelle. Je rejoins pour cela la position du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires qui s’y est opposé en septembre 2016 et dénonce la douleur infligée aux animaux dans es spectacles taurins sanglants.

La SPA doit combattre les cruautés

La SPA doit prendre part à tous les combats contre les cruautés animales, qu’il s’agisse d’animaux domestiques ou sauvages, et se rapprocher pour cela d’associations et d’ONG reconnues dans leurs domaines de compétence respectifs comme l’Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA), l’Institut Jane Goodall, Sea Shepherd, Greenpeace, WWF, CIWF, Ifaw, Welfarm, etc.

Accompagner les agriculteurs dans une transition pour réduire l’usage des pesticides, s’associer à des actions contre la pollution sonore sous-marine qui contribue à décimer les populations de mammifères marins, mais aussi, plus proche de nous, lutter contre la sélection artificielle non raisonnée des races canines et félines, génératrices de problèmes de santé et d’atteintes au bien-être, doivent entrer dans nos champs d’action futurs.

Il nous faut agir au-delà de nos frontières et de nos espèces de prédilection pour inscrire la SPA dans tous les combats en faveur des animaux et de la biodiversité.

Thierry Bedossa

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.