Les principales victimes de la reproduction sont les chats qui vivent sans l’accueil et la protection d’un foyer humain responsable. Ils sont « libres » certes, mais leur survie est lamentable. Dénutris, malades, blessés dans les bagarres, tués par les chasseurs et maltraités par les humains qui ne supportent pas leur marquage de territoire et leur prolifération

Si le docteur Thierry Bedossa a raison, dans le fond, en s’appuyant sur les récentes données scientifiques concernant la stérilisation des animaux, la violence de la société envers eux ne permet pas aujourd’hui une approche respectueuse de leur intégrité. 

C’est pourquoi je m’engage ainsi que tous mes colistiers à amplifier les campagnes de stérilisation et à informer par tous les moyens nos concitoyens sur le sort  trop souvent misérable de ce merveilleux animal.

Brigitte Piquet-Pellorce

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.